Voyager avec votre chien : vaccinations et documents obligatoires


Réglementation sanitaire vétérinaire et vaccinations requises dans le pays de destination

Lorsque vous planifiez un voyage avec votre compagnon à quatre pattes, il est bon de s’organiser à temps sans rien considérer comme acquis.
Il est nécessaire de vérifier non seulement si notre animal est le bienvenu dans la structure où le séjour aura lieu, mais aussi les règles auxquelles nous devons nous conformer pour l’avoir toujours à nos côtés.
Mais avant tout, vous devez vous renseigner sur les règles de santé vétérinaire et sur les vaccinations éventuelles requises dans le pays où vous vous rendez.

DESTINATION LE MONDE

Avant de voyager, il est conseillé de vérifier l’état de santé de votre animal et une visite chez le vétérinaire est certainement le meilleur moyen. Il est également conseillé de s’assurer que votre compagnon à quatre pattes est à jour dans ses vaccinations.
Un programme de vaccination adéquat peut protéger voter chien contre les principales maladies infectieuses : gastro-entérite infectieuse, maladie de Carré, hépatite infectieuse, trachéobronchite infectieuse, leptospirose et rage.

Le carnet de santé est un rappel des interventions, médicales et prophylactiques, effectuées sur notre quadrupède.
Il est rempli par votre vétérinaire de confiance et doit être remplacé par le passeport européen, délivré par les services vétérinaires de vos autorités sanitaires locales, si notre ami voyageant avec son propriétaire franchit les frontières nationales.
En fait, le passeport de l’UE comporte également une section pour les notes de santé.

Indépendamment de la destination, outre les vaccinations, il est important de protéger le chien contre les infestations parasitaires externes (puces, tiques, acariens, etc.) et internes (vers ronds, vers plats, etc.) avec les remèdes efficaces dont nous disposons.

Dans certaines régions du sud, comme la Sardaigne, l’échinocoque, un type particulier de ténia (ver plat), est très courant.
Le chien peut être infecté en mangeant de la viande (mouton, bœuf, porc, etc.) crue ou insuffisamment cuite et devenir à son tour un dangereux éliminateur de parasites pour l’homme.
Dans tout le bassin méditerranéen, le principal danger est représenté par le phlébotomiste, un insecte semblable à un petit moustique qui peut transmettre la leishmaniose.
Il est donc important de prendre des mesures préventives : il existe sur le marché des sprays, des formulations à appliquer localement (gouttes à placer en certains points à la base du poil, par exemple entre les omoplates et à la base de la queue) et des colliers antiparasitaires qui agissent comme répulsifs pour le perroquet.
Dans ces régions, il est toutefois préférable de ne pas laisser le chien sortir en fin d’après-midi, lorsque l’insecte dangereux est plus actif, et de ne pas le laisser dormir dehors pendant la nuit.
Dans le nord ou dans les zones humides et plates, il est nécessaire de protéger le chien contre la filariose cardio-pulmonaire, une maladie répandue et dangereuse qui peut être évitée par l’administration de comprimés spécifiques.

La vaccination contre la rage reste une précaution contre une maladie qui peut également être transmise à l’homme.


Aujourd’hui, le risque de la contracter est beaucoup plus faible, grâce à une prophylaxie vaccinale minutieuse, qui est également pratiquée sur les animaux sauvages.
Toutefois, ces dernières années, la maladie est réapparue chez les animaux sauvages dans certaines régions du nord de l’Italie et, malheureusement, certains animaux domestiques ont été infectés.
C’est pourquoi le ministère de la santé a publié une ordonnance contenant des mesures visant à prévenir la propagation de la rage dans les régions du nord-est de l’Italie, qui prévoit la vaccination obligatoire des chiens, des chats et des furets.
L’animal doit être vacciné au moins 21 jours avant et pas plus de 11 mois après son entrée dans ces zones.

La leptospirose est une autre maladie très répandue dans les zones rurales, qui touche les chiens et les chats de tous âges, mais aussi les humains.
La principale forme de transmission se fait par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par l’urine de rats porteurs de la maladie, ainsi que par le contact avec de petites blessures que nos meilleurs amis à quatre pattes peuvent se faire.
Il est donc conseillé de vacciner contre la leptospirose, qui doit être répétée tous les 6 mois chez les animaux présentant un risque d’exposition plus élevé.